Réussir vigne 10 février 2015 à 08h00 | Par Clara de Nadaillac

Des essais de piégeage de la cicadelle en demi-teinte

À la demande d’un collectif de viticulteurs du Beaujolais, la chambre d’agriculture du Rhône a testé le piégeage des cicadelles pour lutter contre la flavescence dorée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les techniciens de la chambre d’agriculture 
du Rhône et les viticulteurs 
du Beaujolais ont installé 80 plaques jaunes 
et engluées 
pour piéger la cicadelle de la flavescence dorée.
Les techniciens de la chambre d’agriculture du Rhône et les viticulteurs du Beaujolais ont installé 80 plaques jaunes et engluées pour piéger la cicadelle de la flavescence dorée. - © Chambre d'agriculture du Rhône

Fin juin, les viticulteurs du comité de lutte contre la flavescence et la chambre d’agriculture du Rhône ont mis en place des piégeages sur une petite parcelle de 22 ares du Beaujolais. Le but : tester une méthode de lutte alternative aux insecticides, contre la cicadelle vectrice de la flavescence dorée. Diverses densités de pièges jaunes englués ont été réparties sur les piquets de la parcelle, afin de définir la plus adéquate. La parcelle, en limite de zone obligatoire de traitement, a été régulièrement contrôlée tout au long de l’été et les pièges renouvelés au moindre lessivage ou à saturation.



Meilleur résultat avec 620 pièges par hectare


La modalité ayant la plus forte densité de papiers (620 par hectare) a été la plus efficace, attirant en moyenne 1,5 cicadelle adulte par piège, contre 0,6 sur les deux autres densités (260 et 340 papiers par hectare). « Mais nous avons un regret, nuance Caroline Le Roux, de la chambre d’agriculture : nous ne sommes pas arrivés à saturation des pièges. Nous ne savons donc pas à partir de quelle densité de papier la quantité de cicadelle piégée serait stable. » Et de poursuivre : « 620 papiers par hectare est une forte densité ; cela équivaut à une plaque engluée par piquet. La mise en œuvre est compliquée. En mettre plus serait trop contraignant. »
Autre regret, ce piège a un fonctionnement chromatique et ne cible donc pas un insecte en particulier. De nombreux autres auxiliaires ont ainsi été attrapés. Caroline Le Roux espère néanmoins approfondir les références techniques sur ces pièges et refaire un essai dans d’autres situations ou sur un réseau de parcelles l’année prochaine. « Ce test a permis de défricher cette technique, résume-t-elle. Néanmoins, il est trop tôt pour conclure sur cette méthode de lutte ; il faut rester prudent quant à sa réelle efficacité. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui