Réussir vigne 20 mai 2016 à 08h00 | Par Mathilde Leclercq

Des essais de bâtonnage biodynamique

Réaliser ses bâtonnages en fonction du calendrier lunaire peut-il avoir un impact sur l'élevage ? C'est la question que tente de résoudre l'IFV du Val de Loire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les vins sont bâtonnés en bonbonnes de verre afin d'éviter l'apparition de notes boisées dominantes.
Les vins sont bâtonnés en bonbonnes de verre afin d'éviter l'apparition de notes boisées dominantes. - © IFV

Si le calendrier lunaire sert de base aux pratiques biodynamiques, son influence sur le bâtonnage ne semble pas si évidente. L’IFV du Val de Loire a donc initié des essais sur chenin, en 2013. « Il y a eu des effets positifs la première année mais le phénomène ne s’est pas reproduit en 2014. Nous devrons donc attendre les résultats du millésime 2015 pour conclure sur notre étude », assure Philippe Chrétien, chercheur à l’IFV d’Angers. Les vins testés sont issus de la biodynamie ou de l’agriculture biologique, ils sont bâtonnés dix mois en bonbonnes de verre afin d’éviter que les arômes boisés ne prennent le pas sur les essais.

Plus de 3MH sur les vins bâtonnés en jour fruit, en 2013

Pour chaque lot, trois modalités sont étudiées. « Une première où nous ne bâtonnons qu’en jour fruit, une deuxième où nous bâtonnons uniquement en jour racine et enfin la dernière, où nous bâtonnons les autres jours. Cela peut être des jours fleurs, feuilles ou des nœuds lunaires », explique le chercheur. Sur les trois lots testés en 2013, deux vins se démarquent par une teneur en 3MH (fruits exotiques) plus importante. Les résultats, similaires dans les deux cas, montrent environ 340 ng/l de 3MH, pour la modalité bâtonnée en jour fruit, contre 230 à 260 ng/l pour les autres. « Lors de la dégustation, cette tendance s’est confirmée avec des vins mieux notés sur la qualité gustative et olfactive », observe Philippe Chrétien. En revanche, sur les vins testés en 2014, aucune différence notable n’est apparue, tant d’un point de vue analytique que sensoriel. Quant aux essais du millésime 2015, ils sont encore en cours et devraient être dégustés vers le mois de novembre. « Nous allons aussi profiter du printemps pour regoûter les vins de 2013 afin d’évaluer leur tenue dans le temps », commente le chercheur.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui