Réussir vigne 04 novembre 2005 à 16h55 | Par Claudine Galbrun*

Dépérissement de la syrah - Implication avérée du matériel végétal

Les recherches menées pour lutter contre le dépérissement de la syrah ont mis en évidence l´impact du porte-greffe et du clone de syrah sur l´expression du syndrome.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le dépérissement de la syrah s´étend chaque année, depuis 1993, date de la découverte des premières souches atteintes. Elle est actuellement observée sur toute la zone d´implantation de ce cépage, y compris, les Côtes-du-Rhône septentrionales.
Le groupe interrégional (1) coordonné par l´Entav (Établissement national technique pour l´amélioration de la viticulture) mène des recherches sur l´origine de ce problème très complexe, aucune cause simple n´ayant à ce jour pu être identifiée. Toutefois, en l´état actuel des connaissances, de premiers résultats ont été acquis sur l´impact du porte-greffe et du clone dans l´expression des symptômes de la maladie. Au vu des essais étudiés entre 2001 et 2003, il ressort que tous les porte-greffe sont concernés. Tous ont présenté au moins 30 % de crevasses et la mortalité varie de 2 à 10 %. A noter que le 99R et le 110R se distinguent par une sensibilité accrue : dans les champs d´essais observés, moins de 25 % des souches étant sans symptômes et 70 % laissant apparaître des crevasses. Le groupe inter-régional incite donc à la prudence quant au choix de ces deux porte-greffes lors d´une plantation dès lors que d´autres porte-greffes sont envisageables. Le groupe souligne toutefois que ces tests ont été réalisés sur un petit nombre de parcelles et doivent encore être poursuivis.
Aucun clone de syrah n´est épargné
De nombreuses observations ont, en revanche, été réalisées en 2003 et 2004 afin de déterminer l´impact potentiel du clone de syrah choisi (13 parcelles expérimentales et 27 de vignes-mères de greffons réparties dans sept départements). Le nombre et la reproductibilité des résultats obtenus ont permis de constater qu´aucun clone de syrah n´est totalement épargné par le phénomène, mais qu´il existe une gradation dans l´expression des symptômes.
Trois catégories de comportement ont été identifiées. Ainsi les clones 470, 471, 524 et 747 présentent peu de symptômes avec 75 à 95 % de plants indemnes de crevasses et de rougissements et une mortalité relativement faible : 3 à 6 %. A contrario, les clones 73, 99, 301, 381, 382 et 383 ont des taux de symptômes plus élevés et une mortalité supérieure ; le groupe interrégional estime donc préférable d´éviter ces derniers. Les autres clones ont des comportements intermédiaires ou irréguliers. Reste à savoir lequel de l´effet clone ou de l´effet porte-greffe domine. Même si les premières observations semblent indiquer que le premier serait plus important que le second. L´implantation d´essais croisés multisites est d´ailleurs programmée pour 2006. Les autres facteurs possibles responsables de cette maladie (virus et phytoplasmes, mode de greffage, hormonage.) continuent également d´être étudiés. Trois pistes ont toutefois été écartées quant à l´origine de la maladie : la greffe en oméga, les bactéries et les champignons du bois, bien que ces derniers puissent avoir un rôle aggravant.
Le rougissement du feuillage pourrait être la conséquence d´une perturbation du trajet de la sève par le développement des crevasses. ©Groupe interrégional

En savoir plus sur les symptômes du dépérissement
Le dépérissement de la syrah se traduit par l´apparition de rougissements foliaires intenses, à l´automne ou à la fin de l´été et d´un bourrelet de greffe crevassé. C´est la présence de ces crevasses verticales ou obliques, qui caractérise le dépérissement. Beaucoup d´autres facteurs pouvant par ailleurs induire un rougissement foliaire. Un cep présentant ces deux symptômes risque de mourir plus ou moins rapidement, en ne repartant pas après la taille hivernale. L´apparition des crevasses précède toujours le rougissement du feuillage. Beaucoup de souches crevassées restent vertes et productives pendant de nombreuses années. Le rougissement pourrait être lié à une perturbation des trajets de la sève par le développement des crevasses sans que l´on puisse savoir si un autre facteur est nécessaire à cette évolution vers le rougissement et la mort.
(1) Ce groupe, coordonné par l´Entav, rassemble les chambres d´agriculture (Ardèche, Aude, Bouches-du-rhône, Drôme, Gard, Hérault, Pyrénées-Orientales, Var et Vaucluse), le groupement de recherche en agriculture biologique, le syndicat général des côtes-du-rhône et le syndicat des producteurs de bois et plants de vigne du Vaucluse.


 d´après la note de synthèse du groupe interrégional.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui