L'Agriculteur Normand 17 janvier 2018 à 08h00 | Par J. Pertriaux

Courants parasites : ils perturbent la traite

Patrick Broc enregistrait depuis quelques années des taux de cellules élevés. L’éleveur suppose que des courants vagabonds parasitent sa salle de traite en décembre 2016. Patrick Broc appelle alors le technicien spécialisé du Groupement de défense sanitaire (GDS) de l’Orne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JP

« Je ne comprenais pas pourquoi mon taux de cellules au tank faisait les montagnes russes. » Patrick Broc élève une quarantaine de vaches laitières à Canapville. Dès 2014, il relève des taux cellulaires très élevés, en fin comme en début de lactation. « Avant, je ne dépassais pas les 300 000 cellules en fin de lactation. » En décembre 2016, il atteint 400 000 cellules.
Il observe, dans le laps de temps, une nervosité des vaches dans la salle de traite. « Les laitières reniflaient par   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Agriculteur Normand

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui