Réussir vigne 08 juillet 2005 à 18h05 | Par Steven Le Quellenec

Contraintes hydriques en vigne - Raisonner son irrigation avec Pépista

Système évaluant l´état hydrique de la vigne, le Pépista peut devenir un outil plus qu´intéressant dans l´optique d´une gestion raisonnée de l´irrigation au sein des vignobles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Conçu à l´origine par l´Inra d´Avignon pour l´arboriculture, le système Pépista permet désormais d´évaluer l´état hydrique de la vigne par la mesure du diamètre du cep. Un capteur fixé directement sur le cep est relié à un boîtier électronique et permet l´enregistrement chaque heure de la croissance de la vigne. « Le Pépista est un indicateur du fonctionnement de la plante, il permet de détecter l´apparition d´un dysfonctionnement du végétal », indique Patrice Guinet de la société de conseils Agro-Ressources qui utilise le Pépista lors d´études sur des domaines arboricoles et viticoles. « A première vue, on pourrait penser qu´il s´agit d´un outil assez rustique mais il est tout de même précis au centième de millimètre. » Le but du Pépista ? Déterminer des périodes de rationnement hydrique précoces, déclencher et anticiper si besoin une irrigation afin d´éviter un stress hydrique trop important.
Le système Pépista détermine des périodes de rationnement hydrique précoces de la vigne. ©S. Le Quellenec

Anticiper les périodes de stress hydrique élevé
Les données recueillies sont transférées sur un ordinateur et permettent de suivre la croissance du cep. L´amplitude de contraction est ainsi le nombre de centièmes de millimètre que le diamètre du cep perd durant le jour (par transpiration) et la croissance journalière diurne est la croissance réelle du cep durant une journée complète soit 24 heures. Cette croissance journalière diurne est positive lorsque la vigne est en pleine croissance et que l´eau n´est pas un facteur limitant. Elle est négative lorsqu´un stress hydrique important survient et met en danger le végétal. Enfin, lorsqu´elle s´approche de zéro, la vigne se trouve en situation de rationnement hydrique, ce qui constitue un bon indicateur d´un possible stress hydrique à venir. « Le Pépista permet de détecter ces périodes de rationnement précoces qui sont a priori favorables à la qualité du raisin, explique Patrice Guinet. Ces périodes sont recherchées et l´appareil permet donc, si l´irrigation est possible, d´éviter des périodes de stress hydrique élevé néfastes pour la qualité en permettant une gestion anticipée de l´irrigation. » Une irrigation qui permettrait un retour à un état de rationnement favorable à la qualité du raisin.

Associer sondes tensiométriques et Pépista
Autre avantage, le Pépista est plus précis que de simples sondes tensiométriques car il suit l´état hydrique du végétal et non celui du sol. Fixées à différentes profondeurs (classiquement de 50 cm à 1,2 m), les sondes tensiométriques renseignent sur la disponibilité en eau du sol. Mais, lorsqu´un manque criant d´eau est avéré dans le sol, par exemple à 1,2 m, cela ne signifie pas forcément que la vigne est en situation de stress hydrique. Elle peut même au contraire être toujours en phase de croissance grâce à une alimentation hydrique profonde. Pépista, ainsi que Xilem et la chambre à pression (voir article mis en ligne le 11 juillet 2005) peuvent renseigner sur l´état hydrique de la vigne. Mais attention, selon Patrice Guinet, les sondes tensiométriques ne doivent pas pour autant être oubliées. Car si elles n´offrent pas la précision du Pépista, elles n´en demeurent pas moins de bons indicateurs de l´état hydrique du sol pour le viticulteur. Pour lui, l´association sondes/Pépista serait même souhaitée.
« L´objectif est de faire une ou deux campagnes avec sondes tensiométriques et Pépista afin de vraiment comprendre le fonctionnement d´une parcelle représentative d´un plus grand ensemble de l´exploitation ou d´une parcelle spécifique qui pose problème (rendement irrégulier, concurrence avec l´enher-bement.) ». pour pourquoi pas plus tard s´affranchir du Pépista et se baser sur des seuils tensiométriques réajustés à partir desquels l´irrigation doit être déclenchée.
Patrice Guinet est conscient que l´utilisation de Pépista et l´interprétation des données ne sont pas forcément évidentes. Ainsi, il ne vend pas directement le système mais propose plutôt une prestation de services : installation du matériel (de 2 à 8 capteurs), sondes tensiométriques, étude complète sur la campagne et conseils hebdomadaires. Et il continue en parallèle sa collaboration avec l´ITV de Montpellier afin d´évaluer le nombre de jours de rationnement hydrique nécessaires selon les cépages ainsi que le volume optimum d´eau à apporter.
Le capteur du système mesure la croissance du cep au centième de millimètre. ©S. Le Quellenec

Contact : Agro Ressources - Mas de la Cigalière - Route de l´Isle-sur-la-Sorgue - 84250 Le Thor - www.agroressources.com
Contact : Agro Ressources - Mas de la Cigalière - Route de l´Isle-sur-la-Sorgue - 84250 Le Thor - www.agroressources.com

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui