Réussir vigne 19 novembre 2009 à 10h28 | Par M.-E. Koralewski

Conseil - Comment réaliser un programme de traitement sans résidus

La société DuPont aide ses distributeurs à construire des programmes de traitements phytosanitaires qui limitent les risques de présence de résidus dans les vins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le logiciel IPV élaboré par la société DuPont, permet de donner des conseils sur le moment optimum d’utilisation d’un produit de traitement de façon à éviter la présence de traces de ce produit dans les vins.
Le logiciel IPV élaboré par la société DuPont, permet de donner des conseils sur le moment optimum d’utilisation d’un produit de traitement de façon à éviter la présence de traces de ce produit dans les vins. - © Jean-Charles Gütner

 

« Nous avons élaboré un logiciel  appelé IPV pour Identité préservée du vin, qui permet d'établir des programmes de traitement de la vigne qui limitent, voire évitent totalement, les risques de présence de résidus dans les vins », explique Philippe Dauguet, ingénieur agronome chez DuPont. Ce logiciel est bâti à partir de données établies sur des analyses faites a posteriori sur des programmes connus. « Nous avons analysé des vins pour lesquels nous avions connaissance des traitements réalisés », précise Philippe Dauguet. Ce travail, engagé à la fin des années quatre-vingt-dix, a permis d'accumuler plus de mille analyses qui constituent la base de données du logiciel. « L'IPV est un outil de conseil. Nous aidons nos distributeurs à positionner nos produits correctement dans un programme de traitement. Nous donnons des conseils sur le meilleur moment d'utilisation de tel ou tel produit pour éviter que des traces de ces produits ne soient présentes dans les vins », souligne Philippe Thiébault, responsable insecticides et filières chez DuPont.

Respecter les prérogatives

« Nous voulons aider le producteur à engager des démarches sécurisées. Mais ensuite, c'est au distributeur et au vigneron de respecter les consignes pour que le programme IPV soit valable », souligne Philippe Thiébault. Des dégustations triangulaires ont également été réalisées entre un vin issu d'une parcelle de référence et un vin issu de cette même parcelle traitée avec un programme IPV. « Aucune différence n'a été décelée. Le programme IPV n'a pas d'impact sur la qualité du vin », souligne Philippe Dauguet.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui