Réussir vigne 11 février 2005 à 16h27 | Par Marion Ivaldi

Commercialisation - La campagne va se jouer en février-mars

Au cours des cinq premiers mois de la campagne 2004/2005, les transactions n´ont concerné que de tout petits volumes. Mais l´activité pourrait reprendre maintenant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les prochaines semaines vont être cruciales pour la santé financière des vignobles français. Le gros des transactions devrait avoir lieu en février/mars. Jusqu´à présent ce fut plutôt très calme sur les marchés : très peu de volumes en vins d´appellation ont été échangés. A l´instar des enregistrements relevés dans le Bordelais d´août à décembre 2004, qui chutent de 8 %. Les vins de table constatent également très peu d´activité.
Cet attentisme est le résultat d´un marché largement excédentaire qui ne force pas les opérateurs à concrétiser des achats. Ces derniers n´ont pas encore de visibilité sur leur propre commercialisation et préfèrent donc s´abstenir pour le moment. C´est par ailleurs la troisième campagne où l´on observe ce report du début de la commercialisation. « Il faudra s´y faire », commente Jean-Philippe Code, responsable du service économique du Centre interprofessionnel des vins de Bordeaux. Selon lui, le pic de commercialisation se décale à février/mars quand l´essentiel des ventes s´effectuait beaucoup plus tôt, quelques années auparavant. C´est donc ce mois-ci que les transactions vont s´effectuer et que tout va se jouer.

Vu l´excédent, Bordeaux va-t-il serrer les prix ?
Beaucoup attendent de voir ce qui va se passer dans le vignoble bordelais où l´on dénombre 1,6 million d´hectolitres d´excédent. Bordeaux va-t-il serrer les prix ? « Ce qui est nouveau pour nous, c´est que le danger vient de l´extérieur », commente Jérôme Villaret, responsable du service économique d´InterRhône. En effet, l´appellation côte du rhône est parvenue, en baissant ses rendements, à équilibrer l´offre et la demande : « la récolte s´élève à 1 725 000 hectolitres de côte du rhône régional pour un marché de 1 770 000 hl », explique Jérôme Villaret.
Même inquiétude pour les costières de nîmes. A 87,20 euros/hl en moyenne sur les trois premiers mois de la campagne, les costières de nîmes s´en sortent plutôt bien. L´AOC enregistre sur cette période une hausse de prix de 63 % par rapport à l´année dernière, un chiffre dont bien peu d´appellations peuvent se targuer. Car pour le vignoble français, c´est baisse généralisée : - 27 % sur les prix du fitou, - 10 % pour les côtes du rhône village. « Si nous sommes moins mal lotis que nos voisins c´est notamment parce que nous travaillons en zone mixte, il y a une hiérarchisation de l´offre qui conduit à ne conserver pour l´appellation que les vins conformes au décret », commente Jean-Lin Dalle, président du syndicat d´appellation des Costières de Nîmes. Mais Jean-Lin Dalle redoute que le marché ne tire les prix vers le bas.

D´une manière générale, la morosité imprègne tous les vignobles d´appellation. « Il y a beaucoup de retard dans les achats, les prix sont mal orientés », commente Patrick Dhuisme, directeur de la Confédération des coopératives françaises (CCVF), qui décrit une situation « contrastée », avec des vignobles qui s´en sortent mieux que d´autres. Il est probable que dans les prochains mois « les restructurations de coopératives s´accélèrent », surtout dans le Sud de la France.
Alors que se passera-t-il en Aquitaine ? Selon Yann Jestin, trésorier de la Fédération nationale des courtiers en vin : « je pense que l´on restera sur des prix stables par rapport à l´année dernière vu que nous avons de belles qualités ». En tout cas, une chose est sûre, il est temps que chaque bassin de production gère ses volumes pour que le vignoble France remonte la pente.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui