Réussir vigne 23 janvier 2006 à 16h23 | Par Marion Ivaldi

Commercialisation - Comment exporter sans soucis administratifs

Le domaine Charles Audoin à Marsannay exporte aux États-Unis. Pour gérer toute la partie administrative, l´importateur est d´une aide précieuse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Repiqueuse d´étiquettes au pied du bureau prête à inscrire les mentions obligatoires, Cyril Audoin " ne se prend pas la tête " avec la gestion de la paperasse administrative pour exporter ses vins de Marsannay aux États-Unis. Son secret ? Un importateur fiable, en alerte sur toutes les nouvelles réglementations. Il le guide, voire même prend le relais auprès de l´administration américaine.
A l´instar de l´obtention de son numéro FDA (Food and Drug Administration), obligatoire pour exporter aux États-Unis depuis l´adoption par ce dernier du Bioterrorism Act, qui est décerné à la condition d´avoir un représentant aux États-Unis. C´est d´ailleurs souvent l´importateur qui assume ce rôle, comme dans le cas du domaine Charles Audoin. " En 2003, lors de l´instauration du Bioterrorism Act, mon importateur m´a envoyé le numéro FDA, je n´ai pas eu à effectuer de démarches particulières ", se souvient Cyril Audoin. Pour les moins chanceux, l´obtention de ce numéro suppose de passer une bonne demi-heure à remplir le formulaire de la FDA sur Internet.

L´autre document incontournable de l´entreprise exportatrice de vin est le document administratif d´accompagnement qui définit le produit lors de son transit en Europe. Celui-ci peut être rempli par le viticulteur lui-même. Mais le domaine Charles Audoin a opté pour faire appel au correspondant local des douanes. Celui-ci se charge de remplir le document et d´apposer le timbre. Sujet d´inquiétude : la raréfaction de ces représentants locaux dont le nombre a été réduit drastiquement en 2000. Pour ceux qui n´ont pas la chance ou la volonté de faire appel aux correspondants locaux, les douanes distribuent des documents pré-validés ou des machines à timbrer.
La législation impose également des mentions obligatoires à apposer sur l´étiquette, et implique d´utiliser une contre-étiquette, notamment pour le fameux avertissement concernant les femmes enceintes. L´investissement de 3000 euros pour l´achat de la repiqueuse est vite rentabilisé car la machine permet d´imprimer le nombre d´étiquettes au plus juste. Ne reste plus qu´à la faire fonctionner !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui