Réussir vigne 19 juillet 2002 à 15h19 | Par Julien Huchette

Co-produits de la vigne - En Champagne, des marcs séchés pour limiter la pollution

La cave de Vincelles a installé un pressoir continu afin d´achever le pressurage des marcs. L´écoulement des jus dans l´environnement est ainsi largement réduit.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La Champagne connaît un rendement d´extraction faible comparé aux autres régions viticoles (102 litres de moût obtenus à partir de 160 kilos de raisins) qui peut être à l´origine de pollution : le jus des aignes (marcs) s´écoule lors des manipulations de collecte et de transport. La pollution, à l´échelle de l´aire d´appellation, que représenterait le rejet des jus d´aignes est estimé à plus de 5 000 tonnes de DCO(1), selon la Diren (Direction régionale de l´Environnement). Même si l´extraction des rebêches réduit cet impact environnemental, elle ne suffit pas à le résoudre entièrement.

Système de pressurage continu à la sortie des pressoirs classiques
Afin de limiter cette charge polluante, la coopérative de Vincelles a mis en place un système de pressurage continu à la sortie des pressoirs classiques : le marc pressé, mais encore humide, poursuit son trajet via un tapis roulant vers le pressoir continu terminant ainsi son assèchement. Maintenant secs, les marcs pourront être transportés à la distillerie sans risque de pollution. « Il ne s´agit en aucun cas de reprendre les rebêches. Notre premier souci est avant tout écologique », assure Tony Rasselet, directeur de la cave coopérative. « Les jus récoltés sont acheminés à la distillerie. »
Le coût de cette installation s´élève à 145 000 euros, dont environ 20 % sont à la charge de la coopérative. Les 80 % restants ont été subventionnés par la région, l´Agence de bassin ainsi que le distillateur de la coopérative. Ce dernier, Goyard, ayant contribué à hauteur de 23 000 euros, souligne l´intérêt technique de la séparation des arrivages : avoir d´un côté des marcs secs et de l´autre des jus, facilite le travail de distillation en aval.


(1) Demande chimique en oxygène : elle correspond à la quantité d´oxygène nécessaire pour oxyder les matières d´origine organique et minérale contenues dans les effluents.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui