Réussir vigne 13 décembre 2002 à 16h22 | Par Julien Huchette

Chenillettes et chenillards : des porte-outils toujours plus maniables

Les porte-outils deviennent de plus en plus légers, compacts et maniables. Un matériel particulièrement bien adapté aux petites parcelles de coteaux à haute densité.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«Les chenillettes et chenillards connaissent depuis une dizaine d´années une constante évolution dans leur conception, indique Blaise Duboux, ingénieur-conseil à Prométerre (équivalent suisse des GDA (1) français). De plus en plus étroits (les moins larges font 55 cm), de plus en plus maniables, de plus en plus polyvalents, ils permettent aujourd´hui quasiment tous les travaux viticoles.
©Loeffel


Très adapté aux pentes de plus de 30 %
«C´est un matériel particulièrement bien adapté aux petites parcelles de vignobles pentus, où la densité de plantation est élevée. » Très présent sur les vignobles de Suisse, ce matériel se rencontre dans les vignobles d´Alsace, de Champagne, de Savoie, de Bourgogne, des Cotes du Rhône, du Rousillon mais aussi dans quelques autres secteurs plus isolés. « A partir de 30 % de pente, la chenillette ou le chenillard deviennent intéressants. La chenillette, plus légère, permet même de mécaniser des vignobles jusqu´à 70 % de pente ! », souligne Blaise Duboux. Ce matériel, ultime solution pour la mécanisation sur vignobles de coteaux, peut également se montrer concurrentiel sur vignobles moins pentus mais composés de petites parcelles : si nombre de viticulteurs préfèrent, dès que c´est techniquement possible, avoir recours au tracteur vigneron étroit plus souple d´utilisation, la chenillette peut être une alternative compétitive face à un enjambeur plus coûteux.
©D. R.

« Avec 40 000 euros, vous pouvez vous équiper d´une chenillette avec l´ensemble des outils pour quasiment tous les travaux viticoles ». Hormis la récolte mécanique et l´épamprage qui restent difficiles dans ces conditions, tous les autres travaux sont envisageables : entretien du sol, palissage, effeuillage, rognage, désherbage, pulvérisation. Néanmoins, pour les véhicules ne disposant pas de prise de force disponible, c´est le cas des chenillettes (mais pas des chenillards), l´utilisation de certains outils nécessite un moteur auxiliaire. Le principal atout de ces nouvelles chenillettes réside en fait dans la transmission hydrostatique qui lui permet de tourner sur elle-même. Outre sa maniabilité, elle offre également d´autres avantages : stabilité, sécurité, pression au sol faible. Mais tout n´est pas si simple car ce matériel souffre de quelques inconvénients. Ce sont d´abord des véhicules incapables de rouler sur route sur de longues distances : il est donc nécessaire d´avoir un véhicule de transport pour accéder aux parcelles. Ensuite, la technicité employée empêche le viticulteur de réparer rapidement son appareil.

«Pour les matériels à transmission hydrostatique, il faut prendre en compte les services de maintenance et leur proximité dans l´acte d´achat. Si l´hydrostatique offre une excellente souplesse dans l´utilisation des outils, il présente l´inconvénient, en cas de panne, d´être difficilement réparable par le seul viticulteur », souligne Valérie Wirthner du SRVA(2) de Lausanne. Enfin la vitesse d´avancement est réduite : la chenillette permet un travail à 5-6 km/h maximum, le chenillard à 11 km/h. « Avant d´envisager l´achat, il faut savoir exactement ce que l´on veut faire, ce que l´on attend de ce matériel », prévient Blaise Du-boux. Il insiste également sur la qualité de l´huile : « lorsque l´entraînement des outils s´effectue via un moteur hydraulique, il faut s´assurer d´avoir un système de refroidissement de l´huile fonctionnel. Car, en cas de surchauffe, sa qualité baisse et l´entraînement des outils est moins performant. »


(1) GDA : Groupement de développement agricole
(2) SRVA : Service romand de vulgarisation agricole (Suisse)



Chenillards :
 AGCO - 60026 Beauvais - tél : 03 44 11 33 33
 Loeffel - 2017 Boudry (Suisse) - tél : 0041 32 842 12 78
 CMC - 51470 Saint-Memmie - tél : 03 26 68 45 30
 Faupin - 21203 Beaune - tél : 03 80 22 03 31
 Lamborghini - 77551 Moissy Cramayel, cedex - tél : 01 64 88 20 10
 Laupretre - 71960 Igé - tél : 03 85 33 33 63
 Niko - 77815 Buhl Weitenung (Allemagne)
 Same - 77551 Moissy Cramayel, cedex - tél : 01 64 88 20 10
 SDMA - 84320 Entraigues - tél : 04 90 62 00 50

Chenillettes :
 ACP - 66300 Fourques - tél : 04 68 38 88 15
 Avidor - 1029 Villars Ste Croix (Suisse) - tél : 0041 21 636 63 03
 Chappot - 1906 Charrat (Suisse) - tél : 0041 27 746 13 33
 Comptoir agricole Basque - 64120 Saint-Palais - tél : 06 80 94 52 89
 Honda - 45140 Ormes - tél : 02 38 65 06 00
 IMI - 38120 Saint-Egrede - tél : 04 76 75 48 86
 Mafroco - 51130 Pierre Morains - tél : 03 26 52 11 62
 Massey Ferguson - 60026 Beauvais
 Rotair - 12023 Caraglio (Italie)
 Yvan Beal - 63014 Clermont-Ferrand - tél : 04 73 91 93 51

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui