Réussir vigne 18 janvier 2017 à 08h00 | Par Clara de Nadaillac

Cap sur des chais écologiques

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les chais verts ont le vent en poupe, notamment ceux employant des matériaux bio-sourcés, comme ici du bois, de la paille et du torchis.
Les chais verts ont le vent en poupe, notamment ceux employant des matériaux bio-sourcés, comme ici du bois, de la paille et du torchis. - © C. de Nadaillac

Les chais verts ont le vent en poupe, comme en témoigne le dernier programme européen d'aides aux investissements de chai. Sur les dossiers arrivés mi-décembre, FranceAgriMer donnera la priorité à ceux préservant au maximum l'environnement. Ainsi, Bruxelles souhaite soutenir les vignerons équipant leurs cuviers de matériaux écologiques ou diminuant les consommations d'énergie. Au niveau de la conception, la création de chais enterrés et/ou bien isolés, l'ajout d'ombrages, l'emploi de matériaux bio-sourcés (bois, lin et chanvre, à l'exclusion des charpentes en bois), l'installation de puits canadiens ou d'échangeurs air-sol, ainsi que la pose de revêtements de sol facilitant le nettoyage sont encouragés. Dans la même veine, FranceAgriMer sélectionnera prioritairement les dossiers de chais gravitaires, et les systèmes de fermeture permettant d'isoler chaque zone.

Finitions haut de gamme et matériels automatisés

De même, de nombreux matériels bénéficieront de financement. C'est le cas des cuves en inox avec niveau de finition élevé : recuit brillant, électropolissage, ou polimiroir, des cuves en béton avec un revêtement alimentaire (achat ou rénovation), des muids et foudres en bois PEFC et FSC et des pressoirs automatisés et/ou à lavage intégré et/ou cage ajourée (1). De même, les chaînes d'embouteillage à pilotage automatique et/ou isolation sonore et/ou stérilisation et recyclage de l'eau intégré auront les faveurs de l'organisme. Tout comme diverses autres machines.

Cette politique va dans le bon sens, puisqu'à l'heure actuelle, selon une enquête de la chambre d'agriculture d'Aquitaine, les dépenses énergétiques peuvent varier du tout au tout. Sur 32 exploitations, la consommation d'eau passe ainsi de 0,2 à 4 litres d'eau par litre de vin produit, celle d'électricité de 10 à 300 kWh par hectolitre de vin ! Des marges de manoeuvre existent donc clairement. À nous de les saisir !

(1) voir tableau dans Réussir Vigne de septembre 2016, n°232, page 32.

@ Pour plus d'infos sur les investissements relevant du critère environnemental :

http://bit.ly/2eEWrxA

- © C. De Nadaillac

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Vigne de décembre 2016. R. Vigne n°235, p. 50 à 65.

Au sommaire :

. p. 52 - Un chai bioclimatique naturellement climatisé.

. p. 54 - L'isolation, au cœur de la conception.

. p. 56 - Produire sa propre énergie, c'est possible.

. p. 58 - Plancher sur le bon sol.

. p. 60 - Un chai gravitaire pour économiser eau et électricité.

. p. 62 - Deux axes pour un chai économe.

. p. 64 - Bien traiter ses effluents de cave.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui