L'Agriculteur Normand 19 décembre 2017 à 08h00 | Par J. Pertriaux

« Bonjour, c’est Mathieu, le marchand de bestiaux. Je peux passer dans cinq minutes ? »

Mathieu Dagron, marchand de bestiaux, sillonne l’Orne de ferme en ferme. L’homme de 33 ans approche, estime et achète des bovins viande, lait, ou des veaux, aux éleveurs. Il passe quinze minutes à une heure sur place, il écoute, discute, conseille et joue même le rôle de banquier. Le transporteur ramasse les animaux la semaine suivante. Direction : le centre d’allotement des Établissements Dagron, à Alençon. Puis les bêtes sont dispatchées dans les abattoirs de la région, chez des éleveurs ou à l’étranger.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JP

llll Marchand de bestiaux, ou « trader de vaches » comme sa femme aime dire. Voilà le métier de Mathieu Dagron. Ses journées démarrent aux alentours de 7 h. Le semainier, posé au-dessus du tableau de bord de la voiture, indique le programme jusqu’au soir. Le marchand essaie de se rendre chez 12 à 15 éleveurs par jour. Il s’organise en demi-journées, afin que ses clients s’attendent à le voir se garer dans la cour de la ferme d’une semaine sur l’autre. « Je retourne au moins une fois par mois   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Agriculteur Normand

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui