Réussir vigne 28 juin 2008 à 18h30 | Par C. Galbrun

arrachage de vignes - tout ce qui va changer

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avec la nouvelle organisation commune de marché, effective au 1er août 2008, un nouveau régime d'aide à l'arrachage des vignes se met en place. Attention en premier lieu à la modification du calendrier : les dossiers de demande d'aide doivent être impérativement déposés avant le 15 septembre auprès des délégations régionales de Viniflhor (auparavant, la date de dépôt était fixée au 15 novembre). Deuxième changement de taille : la Commission européenne a établi une enveloppe d'un montant fermé de 464 millions d'euros pour la campagne 2008-2009, et ce, pour tous les Etats-membres. Autrement dit : il n'y en aura peut-être pas pour tout le monde car la prime d'arrachage n'est plus dégressive. Mais il faut savoir également que le montant de cette enveloppe diminuera au fil des trois ans que durera ce plan d’arrachage : 334 millions d’euros pour 2009-10, 276 millions d’euros pour 2010-22. Ce qui fait un montant moyen de prime sur trois ans et sur les 175 000 ha que la Commission envisage d’arracher, de 6137 euros/ha. Des critères de priorité ont donc été définis : seront les premiers bénéficiaires ceux qui procédent à un arrachage total de leur vignoble, les demandes émanant de viticulteurs âgés de plus de 55 ans, ceux qui cessent définitivement leur activité viticole. Enfin, les premiers dossiers arrivés seront les premiers servis. Selon les hypothèses émises par Viniflhor, les demandes d'arrachage en France pourraient varier, pour cette seule campagne, de 14 000 ha à plus de 35000 ha. Si l'on tient compte de la surface du vignoble français par rapport aux autres Etats-membres producteurs et du montant de l'enveloppe dédiée à l'arrachage, ce sont tout au plus 15 000 ha qui pourraient être primés en France. Un chiffre également soumis aux incertitudes qui pésent sur l'arrachage dans ces autres Etats-membres producteurs. Selon Viniflhor, la crise que vit une partie du vignoble français n'est pas liée à un problème d'offre et de demande compte tenu de la petite récolte 2007 qui s'établit à 47 millions d'hl et sans doute d'une vendange équivalente en 2008 mais la conséquence d'un manque de compétitivité des exploitations. L'arrachage constitue donc, poursuit Viniflhor, une des premières solutions pour sortir de cette crise. La libéralisation des conditions de production que va permettre la nouvelle organisation commune de marché et le plan français de modernisation de la viticulture, avec l'augmentation des rendements, notammment, devrait également dans un second temps, contribuer à améliorer la productivité des viticulteurs français, indique encore Viniflhor.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui