Réussir vigne 02 février 2004 à 11h42 | Par Steven Le Quellenec

Après l´arrachage de vignes - Ne pas « planter » sa replantation

Le Languedoc-Roussillon a payé un lourd tribut à l´arrachage. Aujourd´hui, la reconversion qualitative différée du vignoble est en marche. On arrache pour mieux replanter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

S´il y a 15 ans, on arrachait dans le seul but de réduire le volume de production, aujourd´hui, on arrache avec l´intention de replanter et de faire de la qualité. D´où un certain nombre de précautions à prendre. « Le choix du porte-greffe est déterminant, assure Cédric Lecareux, de la Chambre d´agriculture de l´Aude. Il doit être choisi selon des critères précis comme le type de sol et la recherche de rendement ou de qualité. Les trois porte-greffes majoritaires du Languedoc-Roussillon que sont 110 R, 140 RU et SO4 évitent les problèmes de chlorose mais laissent parfois à désirer du point de vue qualitatif et même quantitatif. »

Des essais sur syrah de la Chambre d´agriculture de l´Aude montrent par exemple qu´à rendement équivalent, le porte-greffe 3309C offre un degré de plus que le porte-greffe SO4. De plus, des dégustations ultérieures ont démontré que le porte-greffe 3309C donnait de meilleurs résultats qualitatifs. « L´analyse de sol est primordiale car elle permet de choisir le porte-greffe le plus adapté à la parcelle, sans forcément se limiter à l´un des porte-greffes du triptyque méditerranéen », poursuit Cédric Lecareux.
« L´étude de la vigne précédente peut être très instructive, indique Nathalie Goma-Fortin de la Chambre d´agriculture de l´Hérault. Ainsi, avant d´arracher, le creusement d´un fossé pédologique permettra de connaître le comportement de la vigne et d´observer d´éventuelles discontinuités du sol qu´il sera utile de faire disparaître lors du travail du sol au moment de la replantation ».
©C. Corbier


Cultures intermédiaires : une solution d´attente
Le coût moyen de plantation d´un hectare de vignes est de l´ordre de 10 à 15 000 euros avant la première vendange. Il faut donc chercher à optimiser financièrement les pratiques et les choix menant à la replantation d´une parcelle. Mettre en place des cultures intermédiaires entre arrachage et replantation peut constituer une solution aux multiples atouts : limitation de l´érosion et des adventices indésirables, entretien ou augmentation du taux de matière organique, bénéfices sur les ventes des cultures. Selon le type de sol et le nombre d´années de repos prévues, différentes cultures peuvent être mises en place comme des céréales, des graminées fourragères, des légumineuses voire des courgettes, des melons ou des asperges. « Les céréales sont les espèces qui se comportent le mieux que ce soit en sol acide ou en sol calcaire, indique Christelle Alengry, de la Chambre d´agriculture des Pyrénées-Orientales. De plus, elles conviennent parfaitement pour une durée de repos du sol de un à deux ans. » Cette durée de repos correspond en particulier aux viticulteurs entrés dans la démarche de reconversion qualitative différée instaurée désormais pleinement dans le Languedoc-Roussillon.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui