Réussir vigne 19 septembre 2013 à 17h45 | Par Benoît Velut

A l'orée des vendanges - Bordeaux et Bordeaux sup' : état des lieux.

A ceux qui raillent les bordelais en disant qu'ils annoncent monts et merveilles tous les ans, Hervé Grandeau, président du syndicat des Bordeaux et Bordeaux supérieur, répond tout de go : "2013 ne sera pas le millésime du siècle."

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Hervé Grandeau, nouveau président du syndicat des Bordeaux et Bordeaux supérieur
Hervé Grandeau, nouveau président du syndicat des Bordeaux et Bordeaux supérieur - © B Velut

La qualité de la récolte restera néanmoins satisfaisante. "Si les blancs s'annoncent magnifiques, la maturité des rouges restera incertaine jusqu'au bout. Nous verrons le temps qu'il fera ce week end, à l'équinoxe, pour augurer de l'orientation prise par la météo jusqu'à la fin du mois."

 

Côté quantité, même si l'épisode dramatique de grêle du 2 août a fait chuter les prévisions de récolte de 150 000 hL (sur 2 millions) pour les rouges, c'est la coulure qui aura fait le plus de dégâts, avec une perte estimée à plus du double. "Nous attendons un rendement autour de 40-45 hL/ha", poursuit Hervé Grandeau. Ceux qui ont expérimenté le VCI en rouge apprécieront son utilité cette année.

 

Côté stocks, "la situation est assez saine même si elle pourrait être plus confortable. Pour les rouges, nous avons les ratio de stockage les plus bas depuis 10 ans, ce qui aurait mérité une récolte normale, voire 1 ou 2 hL/ha de plus que d'habitude. Pour les blancs, la fin de campagne est très active, et nous devrions arriver à des niveaux satisfaisants." Des négociations sont en cours avec le négoce pour éviter une surchauffe des prix sur les petits volumes attendus.

 

Au chapitre des négociations, l'assurance grêle fait évidemment partie des principales préoccupations. Hervé Grandeau explique le projet : "Nous visons l'établissement d'une assurance récolte mutualisée, avec un plafond minimum de 4500EUR/ha et une franchise de 30%, ce qui coûterait moins de 50EUR/ha au vigneron et qui limiterait la casse en cas d'autre coup dur. Des contacts ont déjà été pris avec deux grandes compagnies."

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir vigne se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Machinisme agricole

Question du mois

Travailler sans soufre : évidence ou additif incontournable ?

Répondez à la question

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui